M26

Le M26 est un dragueur de mines « Minensuschboote » classe M35 construit par les chantiers « H. C. Stülcken Sohn » (aussi connu sous le nom « Stülcken-Werft ») à Hambourg dans les années 1939. Fini le 21 mai 1940, il a été mis en service le 23 décembre 1940. Il a été coulé le 15 mai 1942 dans le cap de la Hague.

 La majorité des sources indiquent clairement que ce bateau est le M26 mais un doute subsiste : il pourrait s’agir aussi du M83.

Drageur de mines M81 : classe M35
Drageur de mines M81 : classe M35
Drageurs de mines classe M35        Credit photo : http://www.german-navy.de
Drageurs de mines classe M35 Credit photo : http://www.german-navy.de

Les dragueurs de mines «Minensuschboote» :

 

Dans les années 1930, la Kriegsmarine n’avait que de vieux dragueurs de mines de la première guerre mondiale. Pour remplacer ces navires, une nouvelle classe de dragueurs de mines a été lancé : les «Minensuschboote» classe 1935 (M35).

 

Le résultat a été au-dessus des attentes : ce nouveau navire étant très manoeuvrant, un excellent comportement en mer et un armement lourd qui provoquait de lourds dégâts : ils étaient respectés et craints sur l’eau. Ils étaient utilisés dans l'escorte de convoi, dans la guerre anti-sous-marine et le mouillage de mines. Un total de 68 navires ont été construits entre 1937 et 1941, 30 exemplaires ont été coulés pendant la guerre.

 

Malheureusement, Le M35 était compliqué à construire et très couteux. Un dragueur de mines plus simple a donc été conçu : le M40 (131 exemplaires) puis par la suite une version encore plus simplifiée et agrandie le M43 (17 exemplaires).

Plan d'un classe M35 Credit plan : http://dreadnoughtproject.org
Plan d'un classe M35 Credit plan : http://dreadnoughtproject.org
Drageur de mines M253 : classe M40 Credit photo : http://www.german-navy.de
Drageur de mines M253 : classe M40 Credit photo : http://www.german-navy.de

Ces navires ont été conçus pour une utilisation côtière. En comparaison avec des navires plus gros, ils passaient un temps limité en mer : les équipements de vie à bord étaient ramenés au strict minimum. Ils n’avaient pas de nom mais uniquement numéroté avec le préfixe M.

 

L’armement varie suivant le navire : en générale, les M35 avait 2 canons de 105 mm, 2 canons de 37 mm et 2 canons de 20 mm. Durant la guerre, afin d’améliorer leur protection face à une attaque aérienne certains navires ont rajouté un canon de 37 mm ou remplacé l’unique 37 mm par 4 canons de 20 mm.

Ces dragueurs de mines étaient très actifs de la mer nordique et la méditerranée. 42 flottilles oeuvraient en manche/mer du nord : «l’english channel».

 

Après la guerre, les navires rescapés ont été employés pour dégager les mines dans le nord de l’Europe. Certains de ces navires sont restées par la suite pavillon allié (américains, soviétiques, anglais).

 

 

Descriptif du naufrage :

 

« Au matin du 15 mai 1942, une reconnaissance maritime de la Royal Navy repère un convoi de six navires marchands dans les parages du Cap de la Hague. C’est pourquoi, à 13h30 décollent des Spitfires Mark V des escadrons 66 et 501 de l’aérodrome d’Isbey en Angleterre. Ces derniers vont escorter huit bombardiers Hurricane de l’escadron 175. Moins de trente minutes suffisent aux avions de la RAF pour rejoindre les côtes du Nord-Cotentin.

Très vite un convoi est repéré dans le nord d’Omonville. Mais il ne s’agit pas des navires marchands mais de trois dragueurs de mines allemands. L’occasion est trop belle, c’est alors que l’attaque commence. Chaque Hurricane a sous ses ailes deux bombes de 250 livres et ils ne tardent pas à les larguer sur les navires allemands. La première victime est le dragueur M 256 qui se trouvent en tête de convoi. Deux bombes pulvérisent la poupe du m-boot. Les Anglais, le pensant mortellement touché, se rabattent sur les deux autres navires. Le second dragueur, le M 26, est alors touché par deux fois en plein milieu. Deux bombes manquent de peu sa poupe. Mais une explosion survient et le M 26 est envoyé par le fond. Quant au troisième m-boot, le M 152, deux autres bombes tombent à quelques mètres de lui. Il est alors temps pour les avions britanniques de déguerpir très vite. L’attaque qui n’a duré qu’une minute n’a fait aucune victime de coté britannique.

Le M 256 lourdement endommagé, sombre dans les passes de Cherbourg. Ce dernier sera plus tard renfloué et remis en service. »

Crédit texte, travail de Matthias Dufour : http://epaves.grizzly.free.fr/

 

Pour revenir sur le doute concernant cette épave qui pourrait être le M83, le doute est très limitée car la plupart des sources indiquent que le M83 aurait été coulé en juin 1944 par 2 destroyers anglais et polonais près de Jersey.

Le M83 est aussi un dragueur de mines allemand classe M35.

 

La Plongée :

 

Par 56m de fond, ce M35 est posé droit sur sa quille. L’épave est l’une des plus belles de la région. Le jour où nous avons plongé dessus nous pouvions l’apercevoir des 40m. En bon état de conservation, on peut passer du temps à repérer ces détails. Très belle épave à photographier ou filmer.

 

 

 

Il est préférable de mouiller sur l’avant qui est la partie la plus intéressante. En circuit ouvert, il est possible de faire toute l’épave en TRIMIX avec un temps fond de 20 minutes.

 

A l’avant vous verrez le canon pointant vers bâbord. En longeant l’épave le long de la timonerie complètement écroulée vous apercevez des affuts de canons. Ensuite, vous pouvez accéder aux coursives relativement intactes jusqu’à la partie moteur. L’arrière des moteurs est complètement explosé : le trou béant montre la violence de l’explosion. Nous n’avons pas eu le temps de faire l’arrière (ayant trouvé mes réglages photos après la timonerie, j’ai «obligé» mon binôme à repartir vers le canon...). A l’arrière, il y a visiblement moins de choses à voir. Les hélices sont bien ensablées.

Liens vers les sources et crédits :

Texte du naufrage, mannequin pour les photos, organisation de la plongée... Matthias Dufour. Un grand merci à lui !

http://epaves.grizzly.free.fr/

 

Description, histoire et photos :

http://www.german-navy.de

http://www.naval-history.net

http://navyworld.narod.ru/

 

Pour les plans :

http://dreadnoughtproject.org

 

Pour plus d’information, un bon livre sur les navires côtiers allemands utilisés durant la seconde guerre mondiale :

KRIEGSMARINE COASTAL FORCES de Gordon Williamson :

http://www.ospreypublishing.com

Photos :

Écrire commentaire

Commentaires : 0