La 5.5 ou Baigorry

Le Baigorry ex Sahel ex Foyle  (archives  Romain Duran)
Le Baigorry ex Sahel ex Foyle (archives Romain Duran)

Historique

Le "Baigorry" est un vapeur Français affrété par la compagnie "Plisson Steam Nav. C°".

Ce cargo construit en 1889 par les chantiers "Doxford" à Pallion (UK) pour le compte de "Mercantile S.S. Co Ltd" de Londres, a un tonnage de 2100Tx, une longueur de 85m, une largeur de 12m et un tirant d'eau de 6m. Il est propulsé par un moteur à triple expansion.

Il fut mis à l'eau le 16 mars 1889 sous le nom de "FOYLE", il sera vendu en 1900 à la société "Delmas" et devient le "SAHEL" et enfin en 1916 à la société "Plisson & Co" et rebaptisé "BAIGORRY".

 

 

source Bundesarchiv
source Bundesarchiv

Le 23 Avril 1917, Etienne ANNESTOY commande le "Baigorry" et quitte le port de Saint Jean de Luz à destination de Cardiff avec un chargement de 2200 poteaux de mines. Il navigue tout d'abord en tête du convoi, mais sa vitesse maximum de sept noeuds et sa forte gîte, font que le Baigorry s'éloigne du convoi. En effet, le convoi suit des routes diverses afin de semer d'éventuels sous-marins allemands. Dans la nuit du 24 avril, le Baigorry se retrouve seul en queue de convoi, et sans protection. A cinq heures du matin, le phare de Kerdonis à Belle Ile est en vue, lorsque soudain le bateau est canonné par un sous-marin. Sans moyen de riposte, le capitaine donne l'ordre d'évacuation du navire et l'équipage se répartit sur deux chaloupes. Le sous-marin arraisonne une des chaloupes et retient en otage une partie de l'équipage, tandis que les sous-mariniers allemands récupèrent des vivres frais à bord du bateau et placent 8 bombes à bord. L'explosion est insuffisante pour couler le navire, ce qui fait que le sous-marin l'achève à bout portant en tirant sur la poupe. Les marins naufragés atteindront l'île d'Yeu et Noirmoutier dans la nuit. Il est probable que le sous-marin qui a coulé le Baigorry soit le UC21 sous marin côtier mouilleur de mines commandé par Reinhold Saltzwedel qui eut à son actif plus de 100 bateaux coulés ou arraisonnés. Pour l'anecdote, les marins avaient donné le nom de U73, mais ce sous-marin n'a pas patrouillé dans ce secteur.

 

 

 

Le UC21: sous-marin mouilleur de mines de classe II

collection Arthur Bruselle: le sous marin UC21
collection Arthur Bruselle: le sous marin UC21

 

 

A partir de 1915, les Allemands développent un nouveau sous-marin mouilleur de mines dérivé du modèle UCI mais doté de caractéristiques nettement améliorées avec une capacité à mener de véritables actions offensives en haute mer. 64 unités seront construites et livrées à la marine impériale de 1915 à 1917.

L'UCII mesure 51 mètres de long pour un déplacement de 500 tonnes. Sa vitesse surface atteint 11 noeuds  grâce à deux moteurs diesel  six cylindres. Son rayon d'action atteint 9400 miles nautiques en surface, en immersion, une autonomie de 53 miles à 4 noeuds. Les UCII sont équipés de de 3 tubes lance-torpilles positionnés à l'extérieur du bâtiment, et d'un canon de 88mm. Leurs 6 puits à mines peuvent recevoir 18 mines.

La 5.5 ou Baigorry?

La 5.5 est une épave sur la route de l'Ostmark entre Belle-Ile et Yeu, elle représente un écho sondeur d'une centaine de mètres de long, qui remonte de 2 mètres environ, par une profondeur voisine des 55 mètres. En descendant, on retrouve les caractéristiques d'un vapeur du début du 20è siècle, avec une chaudière et une machine centrale située en arrière. La 5.5 se présente comme une épave très éclatée avec ses bords arrachés. L'étrave et la poupe ne remontent pas. Les cales affaissées doivent être explorées lors d'une prochaine plongée. Nous n'avons pas trouvé de signes caractéristiques permettant de nommer cette épave.

 Deux noms sont ressortis rapidement: le Savio et le Baigorry. Tous deux sont des vapeurs de taille identique, tous deux construits en Angleterre à la même époque, et avec une motorisation équivalente. Leurs circonstances de naufrage sont identiques à un jour d'intervalle les 23 et 24 avril 1917 et surtout le lieu de leur naufrage est dans la même zone géographique. La position du naufrage est relatée avec l'imprécision de l'époque: 23 miles dans le sud est  de Belle Ile pour le Savio avec les marins rescapés débarquant à Belle Ile, à 15 miles dans le sud est pour le Baigorry avec les naufragés atteignant pour les uns Noirmoutier et les autres l'île d'Yeu. L'épave du Savio est donnée inconnue, l'épave du Baigorry est donnée pour un point SHOM par 55 mètres de profondeur avec parfois le nom Murmures.

Le nom du Savio semble le plus pertinent pour le charbonnier large, car il naviguait avec une cargaison de charbon qui a stabilisé les cales après l'explosion générée par les 4 bombes posées à bord alors que le Baigorry a été détruit par 8 bombes et a été canonné à la poupe pour le couler. Ensuite, à la lecture du livre de Meignen et Foulonneau (Naufrages dans l'estuaire de la Loire) ces deux épaves sont citées dans le convoi des 4 navires de la bouée SN1 mais sont déclarées inconnues par leur position. 

C'est pourquoi nous emettons l'hypothèse, du fait de son transport de poteaux de bois, du fait que les chaloupes ont mis par vent de nord sensible environ 15 heures pour atteindre Noirmoutier et Yeu, et qu'une "légende" atteste de la découverte d'une cloche gravée Baigorry sur la 5.5, que la 5.5  est peut-être le Baigorry
Enquête à suivre

 

Miguel et Michel

 

 

Vidéo

Écrire commentaire

Commentaires : 0