Eretria

Historique

En Mai 1916, l’Eretria, armé par la société Steamship Eretria Co Ltd (St John, New Brunswick), quitte le port de St John, au Canada, pour la Pallice avec à son bord 4978 tonnes de phosphate destinés à la fabrication de poudre, sous le commandement du capitaine J.G WRIGHT. Les ordres de route lui sont transmis à NEWPORT par le consulat anglais :”Faire route au SE/E - quart E”. En route, WRIGHT décide par précaution de passer à moins de 20 milles de l’île d’YEU.

 

Le 12 mai 1916 au matin, par une mer calme sans trop de visibilité, le bâtiment se trouve à 15 milles marin dans le S.E de l’île d’Yeu, lancé à 8 nœuds. Le capitaine et son second, sont sur la passerelle, 4 marins ainsi qu’un officier sont sur le pont, afin de prévenir l’éventuel attaque d’un sous-marin. Ils sont en contact visuel avec un dundee de pêche, le St Jacques, qui se trouve à environ 1 milles sur tribord. A 10 heures, un choc violent précédé à quelques secondes d’une violente explosion secoue le navire, la surprise est complète car aucun périscope n’a été signalé. L’Eretria est touché par bâbord à hauteur de la passerelle. Le phosphate contenu dans la cale n°2 est projeté à prés de 20 mètres de hauteur, une fumée brune et épaisse envahie de suite le château. WRIGHT fait immédiatement stopper les machines et commande l’évacuation. Joseph CHARUAU, patron du St Jacques qui fait route dans le S.O quart O de l’Ile d’YEU afin de rejoindre sa zone de pêche se porte au secours des marins en perdition, le vapeur s’enfonce déjà par l’avant. Une fois les 24 naufragés à son bord, le dundee fait route sur l’île d’YEU ; il atteindra Port Breton de l’Ile d’YEU le jour même à 19 heures 30. L’équipage sera logé à l’hôtel des voyageurs, tenu par Mr E.SEYRAT d’où ils partiront pour LA ROCHELLE le 14 mai 1916.

 

Après enquête la perte de l’Eretria aurait été attribuée à l’explosion d’une torpille et non d’une mine. En effet l’explosion a eu lieu au dessus de la ligne de flottaison, un choc a été entendu par l’équipage ainsi que par Joseph CHARUAU du St Jacques avant l’explosion ; ce choc ne pourrait pas venir de la collision avec une mine car la mer était très calme et le courant pratiquement inexistant. De plus, il est fort probable que le sous-marin voyant le dundee porté secours au vapeur n’est pas voulu faire surface comme il était de coutume craignant de tomber sur un chalutier armé. Cette hypothèse n’est pas confirmée par le rapport d’un sous-marin allemand.

 

Romain Duran

Il est possible que l'Eretria soit une victime du Möwe qui posa des mines dans ce secteur

 

Le SMS Möwe quitta Wilhemshaven le 29 décembre 1915. Il mouilla 262 mines dans des conditions météo difficiles dans le détroit de Pentlant près de la base de Scapa Flow de la Home Fleet britannique. Le pré-Dreadnought King Edward VII heurta une de ces mines quelques jours plus tard et coula.

 

Il passa ensuite dans l'Atlantique par le Nord de l'Écosse, et le 10 janvier 1916 mouilla environ 240 mines de l'estuaire de la Loire à celui de la Gironde. Il poursuivit vers l'Espagne, les Canaries et le Brésil qu'il atteignit le 28 janvier 1916

 

En trois mois, il s'empara de quinze navires représentant 50.000 tonnes. Deux furent envoyés avec leur cargaisons et des prisonniers en tant que prise de guerre. Les autres furent coulés.

 

Le 25 février 1916, il passa entre l'Islande et l'Écosse et mit le cap pour longer la cote norvègienne. Il rentra au port de Wilhemshaven accueilli comme un héros le 4 mars 1916. Tout l'équipage fut décoré par le Kaiser.

L'épave de l'Eretria

Dessin Olivier Brichet
Dessin Olivier Brichet
Crédit : D. Chauvin
Crédit : D. Chauvin

L'Eretria était connue depuis longtemps par les pêcheurs de l'île d'Yeu sous le nom des jumeaux de Yeu. En effet, il s'agissait de deux échos sondeurs parmi les plus importants dans le sud de Yeu: deux épaves importantes distantes à peine d'une centaine de mètres: Le Lakme et l'Eretria. L'une était poissonneuse, l'autre plus chiche en faune.

Je crois que le premier plongeur à l'avoir abordé est Vincent Ferrand dans les années 2000. La plongée était délicate et dans les deux cas le mouillage était à distance, mais dans son récit, il était impressionné par les dimensions. Dominique Chauvin a obtenu les points précis par un pêcheur de Yeu, et à partir de 2004 et jusqu'en 2006 nous avons décidé de finir les semaines épaves sur l'Eretria.

D'abord sa profondeur, à pleine étale de basse, nous sommes à  66 mètres, mais il existe une souille à l'arrière de l'épave qui amène vers les 68 mètres. Elle est grande, l'explosion de sa cargaison a ravagé l'avant qui ne dépasse que d'un ou deux mètres. Puis des machines vers la poupe elle remonte et offre une bonne protection dans les cales ce qui permet de se mettre à l'abri du courant. C'est mon épave fétiche, chaque plongée se mérite, et lorsqu'elle abrite de la faune, celle-ci est impresssionnante

Michel

 

Plongée du 31 août 2017

Des semaines que je trépigne !!! Une longue de saison de plongée avec une météo compliquée, voilà ce qui résultera de cette année 2017. De bien belles plongées quand même, de chouettes moments partagés en cette fin d'été où la météo nous offre une accalmie de quelques jours, alors pourquoi ne pas aller sur l'Eretria ?

 

L'optimisme est de rigueur pour la fin de la semaine, je téléphone à Pascal afin qu'il s'organise pour une éventuelle petite virée sur l'ile pour une plongée magique, Jean-Marc, Nico et Miguel seront également de la partie, top ! Le petit créneau météo se confirme le mercredi soir, on tente le coup demain matin!

 

Et c'est parti ! Cédric Taraud en sécu, 2 palanquées : Jean-Marc et Pascal ; Nico Miguel et moi. La mer est calme pour l'instant, l'eau bleue marine nous réconforte sur la qualité de la plongée à venir, le reste n'est que du bonheur, un monstre d'acier de 105m de long, Eretria, nous voilà...

 

Seb

Vidéo

Photos

D'autres vidéos et photos

Vidéo de Sébastien lors de la plongée du 5 août 2014. Plongeurs présents : S. Sémelin, N. Taraud, J-M Cadou, M. Gordeeff, B. Burgaud et F. Leloire. Sécu surface : E. Chapon

Crédit : D. Chauvin
Crédit : D. Chauvin

Les deux vidéos datent de 2004, nous décidons d'employer les grands moyens. Autour des machines, certains déroulent les bobinos, tandis que mon binôme Gery décide d'utiliser un tri 12 litres avec ses deux relais, ce qui nécessite un réglage optimal de la stab. Quant à moi, je n'embarque pas l'éclairage de peur d'être freiné par le courant et utilise la lumière de Gery. En cette année, l'épave est rès sombre et peu poissonneuse. Un souvenir: nous avions décidé de mouiller des ballons de football qui pouvaient être relancés par les premiers plongeurs si la visi n'était pas assez bonne. Lors de ma premère descente au fond, je ne vois plus les ballons mais des galettes aplaties. C'était ma première expérience de physique hyperbare



Crédit : D. Chauvin
Crédit : D. Chauvin

Quand nous revenons en 2005, l'épave n'est plus la même. Une eau claire et surtout tellement riche en faune. Nous plongeons en nous demandant comment autant de poissons ont pu coloniser cette épave en l'espace d'un an. 

 

 

La deuxième vidéo sur l'étrave m'amusera toujours. Dominique et moi avions des masques correcteurs identques mais de correction différentes. Nous avons fait cette plongée en aveugle, je ne voyais qu'en collant le masque sur le moniteur de la caméra, et Dominique était dans le flou total. Ce n'est qu'en remontant sur le bateau que l'on s'est rendu compte de notre méprise. Mais on a retrouvé le mouillage. Et je ne vous parle pas de la lecture du run time de déco.

Si vous voulez voir la vidéo échange de masque c'est ici



Le film primé à Antibes


Galerie photos

Crédit : D. Chauvin

Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    miguel (mercredi, 19 octobre 2011 07:36)

    comme d'habitude ,superbe!!!

  • #2

    paris (mardi, 05 mai 2015 14:22)

    bonjour a toute votre équipe
    J ai des amis en vendée de Aizenay qui possède une cloche en bronze avec le nom dessus érétria il voudrais savoir si ce fameux bateau anglais possédais une fameuse cloche de quart
    merci a vous pour une réponse

  • #3

    Anges (mardi, 05 mai 2015 16:08)

    Bonjour,
    Tout à fait. A notre connaissance la cloche n'a jamais été retrouvée sur cette épave qui est peu plongée. Si vous avez une photo nous serions intéressé.
    Cordialement
    Frank

  • #4

    Jacques Josiane (mercredi, 13 mai 2015 17:05)

    bonjour,
    Nous nous présentons, monsieur Paris vous a fait part que des amis ont en leur possession une cloche au nom de ERETRIA,ses personnes sont nous même et aimerions avoir plus de renseignements sur cette épave. Monsieur Paris qui est un ami et avec notre autorisation vous a envoyés quelques clichés concernant cette cloche.
    dans l'attente de recevoir de vos nouvelles
    Cordialement
    Jacques et Josiane
    ps je vous remet mon mail: frierjosiane@yahoo.fr

  • #5

    Anges (vendredi, 15 mai 2015 08:49)

    Bonjour, merci de votre message. Nous vous contacterons en message privé.