Naalso (anciennement X201)

 

 

Il s'agit 'une épave d'un petit vapeur d'une trentaine de mètres, parfaitement posé sur la quille. L'avant est abimé, il manque le safran et l'hélice à la poupe, mais le reste de l'épave est en excellent état. La présence d'un gros treuil fait penser à un chalutier. Profondeur: 60-62 mètres.

Decouverte: Jean-Marc Cadou et Miguel Gloria.

Les investigations sont en cours afin de l'identifier

 

Compte rendu de la découverte du Naalso

La météo est excellente et nous avons du temps à perdre, c'est le jour idéal pour faire enfin de la recherche et peut-être une belle plongée. Plusieurs positions de croches ou d'épaves éventuelles sont à préciser, peut être à découvrir. Plein d'enthousiasme, nous arrivons sur zone, nous commençons à tourner en rond autour des points où nous espérons trouver une épave inconnue.


Après avoir sondé autour du premier point sans succès, nous passons à une autre position, le temps passe, cela fait plus d'une heure que nous tournons en rond. Nous avons recherché autour plusieurs positions, pas la moindre remontée au sondeur pouvant faire espérer la présence d'un navire reposant sur le fond. Après concertation avec Miguel, la décision est prise, nous abandonnons les recherches. Cap au sud-est, direction l'Espagnol, c'est une épave à quelque milles plus loin, mes positions ne sont pas très précises et nombreuses, j'en ai cinq, je décide de commencer par celle du milieu. Cette fois -ci c'est la bonne, le sondeur nous dessine l'image d'une épave. Comme son nom l'indique, l'Espagnol serait une épave norvégienne.... également appelé SKOG. Profondeur, 64 mètres.... Ce n'est pas une affaire facile.


Une fois équipé nous nous mettons à l'eau. Il fait beau, la visi est très correcte, aux alentours de 10 mètres. Arrivés au fond je regarde mon ordinateur qui m'annonce déjà 1 minute de palier à trois mètres... Je relève les yeux, j'aperçois un tape-cul, puis juste à côté un autre tape-cul... Il y en a partout sur l'épave ! Comment vous ne connaissez pas le tape-cul ? Sur nos anciens bateaux de pêche, le tape-cul était une voile sur le mat arrière qui servait dans le mauvais temps à maintenir le navire face à la vague. Ce nom a été également donné un petit crustacé plus connu sous le nom de galathée. C'est bien cette espèce de crustacés que nous découvrons sur l'épave de l'Espagnol, à notre grande surprise. En effet, les épaves aux alentours regorgent de tacauds, de lieus, de congres, de crabes ou de homards, mais des galathées c'est plutôt rare. Après avoir fait le tour de la machine, un des premiers moteurs diesel datant de 1915, nous amorçons la remontée.

Deux semaines après nos premières recherches, la météo est encore très clémente. Après quelques coups de téléphone, Miguel sera mon binôme, Cyril notre surveillant surface. Départ prévu en tout début d'après-midi, le temps de charger le matériel à bord du J'M TI TIEN et nous sommes prêts à mettre le navire à l'eau. Le réservoir est plein comme d'habitude, nul besoin de s'arrêter à la pompe. Une fois sorti du port, nous faisons route vers la pointe nord-ouest. Nous passons entre les Petits champs et les Grands champs comme bien souvent lorsque la météo le permet. Après avoir laissé  les Chiens Perrins sur tribord, cap à l'ouest sud-ouest, direction l'Espagnol. Notre première plongée sur cette épave, nous a un peu laissé sur notre faim. Cette fois ci, nous pouvons explorer tout l'arrière de l'épave.


Nous voila de retour à bord, après l'éternel rituel des paliers, nous retrouvons notre ami Cyril qui nous attend patiemment. Le soleil brille, la mer est belle, pourquoi ne pas en profiter pour pêcher un de ces lieus gigantesques que nous avons vu au cours de notre plongée. Une bière à la main, la canne à pêche dans l'autre, nous faisons plusieurs passages en dérive sur l'épave sans succès. C'est vrai, on a fait une belle plongée, on ne peut pas tout avoir en même temps. Que fait on, la journée est belle, il nous reste du temps pour en profiter. Un rapide coup d'oeil sur les positions inconnues et nous décidons de faire une recherche un peu plus sud.

Les profondeurs annoncées par le sondeur, les fois précédentes ne sont pas pour nous rassurer. Aucune en dessous de 60 mètres, tout en sachant qu'il faut rajouter 2 mètres minimum à cette valeur pour avoir la profondeur réelle . Peu importe, nous re-voila à tourner en rond autour de quelques points sans grand espoir après nos premières déceptions. Soudain, les formes caractéristiques d'une épave apparaisse au sondeur. Je bondis sur le bouton enter du GPS pour fixer la position !


Après quelques tours et enregistrement au GPS, une petite zone est déterminée sur le traceur. Le sondeur affiche 60 mètres ... Pas question de remettre le nez sous l'eau aujourd'hui, il n'y a plus suffisamment d'air dans nos bi, de plus nous sommes déjà sur-saturés en azote depuis notre remontée de la plongée précédente. Faute de pouvoir plonger, nous allons quand même pouvoir savoir ce qu'il se trouve en dessous. Nous ouvrons le coffre d'où nous sortons le boîtier GoPro explorer, petit bricolage afin de loger une caméra lestée à l'extrémité d'un cordage de longueur suffisante. La caméra est en fonction, je repositionne le bateau, Miguel et Cyril sont chargés d'immerger la caméra, une fois le navire en dérive. Après une première passe, une seconde est décidée pour être plus sûr du résultat. Voila, nous avons remonté l'ensemble, il n'y a plus qu'a sortir la caméra de son boîtier étanche et de la visionner sur l'ordinateur... Bon, l'ordinateur est resté sur le bureau, nous verrons les images plus tard... Nous mettons en pêche, quelques merlans plus tard nous rentrons au port.


De retour à la maison direction l'ordinateur et branchement de la Go Pro. Sur l'écran apparaît d'abord quelques poissons, probablement des merlans, la clarté et la visibilité semble bonne. Sur de précédentes videos, lorsqu'il faisait très sombre au fond, il était impossible de distinguer quoi que ce soit. Là ce n'est pas le cas ! L'on aperçoit une forme avec des découpes rectangulaires, c'est bien de la tôle ! Ensuite apparaît une forme de coque plutôt étroite, quelques lieus passent devant la camera, espérant peut être devenir célèbre en ce jour. Un arrondi, la forme d'une chaudière enchâssée dans la tôle avec, sur l'avant ou l'arrière, un énorme treuil. Des trous ronds sur les cotés de la chaudière, puis plus rien, le grand bleu, c'est la fin de la première dérive.

 

Quelques images sur le bateau, puis deuxième passage au dessus de l'épave. La caméra tourne sur elle même, malgré cela, l'on distingue parfaitement la chaudière et le treuil, la caméra s'en approche dangereusement. On admire maintenant le pont autour de la chaudière toujours intact ...Le treuil se rapproche de plus en plus, soudain c'est le noir, la Gopro Explorer vient de se poser violemment sur le treuil. Quelques secondes plus tard notre espion reprend son vol en passant au dessus d'une poupée du treuil, l'on aperçoit toujours le trou rond dans le pont à coté de la chaudière. Deuxième impact, cette fois ci c'est le pont qui a été percuté. Pour la troisième fois, c'est encore le pont qui vient embrasser l'objectif durant plusieurs secondes durant lesquelles l'image reste noire. Après s'être élevée à quelques centimètres au dessus, la caméra semble rester quasi immobile. L'on voit très bien le bord du navire à la verticale lorsqu'un congre curieux passe entre l'objectif et le sable. L'image tourne sur elle même, mais étrangement, ne se déplace plus. De nombreux tacauds circulent le long du bordé, tout à coup, un bloc d'algue se détache semblant tomber du ciel, puis dans un brusque mouvement soulevant de la poussière, la caméra reprend sa route. Nous étions accroché à un cordage flottant au dessus de l'épave. Un congre et des centaines de merlans seront les dernières images avant le bleu et les rayons du soleil.

Jean Marc Cadou

Vue 3D @C. Arnold
Vue 3D @C. Arnold

Vidéos



Plongée du 7 août 2016

Comme depuis plus d'un mois, le soleil brille et réchauffe l'atmosphère dès les premières heures de la matinée. Une fois de plus c'est en mer que nous serons le mieux. Direction le Naalso et cette fois-ci à 2 bateaux car ce matin, un cinéaste a pris place à bord du bateau d'Erik afin de filmer notre mise à l'eau et notre remontée (beau projet en cours...). Jean-Marc et moi basculons par dessus bord, Michou assurera notre sécu surface.

 

La longue descente commence. Le Naalso repose sur un fond de 63 mètres environ et plus nous descendons, plus la luminosité décroit... la visite ne se fera pas dans une grande clarté. Nous arrivons au niveau de la poupe, toute en rondeurs et toujours bien en place. Jean-Marc se pose à genoux près de la pauvre hélice aux pales arrachées. Une petite minute de recueillement comme je les aime... allez, afin de ne pas affoler trop vite les ordinateurs, nous remontons de 2/3 mètres pour effectuer la balade vers la proue en étant au niveau du pont.

 

Les lieus s'écartent à notre arrivée et laissent nos lampes éclairer l'acier qui repose ici depuis le 15 novembre 1917, suite à la rencontre avec une mine. Nous passons la chaudière puis je constate que le treuil commence à basculer dans la cale. Même si le Naalso est particulièrement bien conservé il subit lui aussi la lente dégradation que rien n'arrête. La proue est maintenant en vue, je la dépasse et me pose à nouveau sur le sable afin de profiter de cette belle vision de l'étrave qui un siècle plus tôt fendait la houle d'ouest et qui depuis défie le temps qui passe.

 

Jean-marc me fait signe de sa lampe qu'il faut rebrousser chemin, je m’exécute en remontant tout juste un peu afin de m'engager dans la cale avant. Ici c'est le royaume des congres. L'un d'eux, semble surveiller les obus de 65 de marine. Plus loin, c'est le capharnaüm. Le site mériterai qu'on s'y attarde pour fureter mais les minutes sont comptées. Nous terminons tranquillement la balade sur le vieux chalutier à vapeur puis c'est le moment d'entamer la longue remontée. Le Naalso a une fois de plus tenu toutes ses promesses de superbe plongée.

 

Pascal

Plongée du 03 septembre 2013

En cette belle journée de rentrée scolaire, nous partons, mon père, Nico taraud et moi rechercher une épave dans la zone des 70 - 72 métres de fond. Après 15 mn de recherches infructueuses(ce n'est que partie remise), et le vent fraichissant, nous décidons de nous rabattre sur une valeur sûre, plus proche et moins profonde, le Naalso ou X201 découverte il y a 3 ans.

Pas de courant, eau limpide, la plongée fut à la hauteur de nos espérances...

Babas

Photos d'une plongée de l'automne 2011

Écrire commentaire

Commentaires : 19
  • #1

    bruno (mardi, 27 décembre 2011 16:04)

    bravo messieurs
    belles videos ( comme d'hab... ) et chapeau bas à jean marc et miguel. jolie projet pour bouclée cette année pleine de rebondissements...
    bruno

  • #2

    thomas (mardi, 27 décembre 2011 20:01)

    super bravo les gars !!!

  • #3

    Spielou (mercredi, 28 décembre 2011 11:36)

    super images messieurs, ça donne bigrement envie... Keep on super good job. ;-)))))

  • #4

    cyril (mercredi, 28 décembre 2011 13:16)

    superbe,bien joué les garçons,c'est magnifique.....

  • #5

    MOUINDA (mercredi, 28 décembre 2011 21:07)

    Une de plus ,respect meilleurs vœux 2012

  • #6

    paulo le bon tuyau (jeudi, 29 décembre 2011 14:12)

    excellent les matelots!! belles videos et felicitations amitiés a michel et jean marc
    Paulo

  • #7

    alex29 (vendredi, 30 décembre 2011 23:33)

    Superbes images, avez vous trouvé le canon qui va avec les munitions?

  • #8

    plongee-anges (samedi, 31 décembre 2011 07:44)

    Non. La partie avant est la plus endommagée. Il a peut être été éjecté assez tôt. Rien à l'arrière.

  • #9

    typhon (lundi, 02 janvier 2012 22:52)

    Bravo à tous, le travail est remarquable et les photos sont magnifiques :)

  • #10

    tony (mardi, 03 janvier 2012 13:41)

    belle trouvaille, superbe épave avec des images fantastiques.

  • #11

    YOYO (jeudi, 05 janvier 2012 18:27)

    on a vraiment l ' impression d'y être !!!!
    le texte est digne des meilleurs écrivains
    magnifique vidéo ( bravo michel )
    et bravo jean marc ( CRUISE )
    _ il se reconnaîtra _

  • #12

    plongee-anges (jeudi, 05 janvier 2012 19:42)

    Yohan ! Et les photos ? Elles sont à ch..r ????

  • #13

    yoyo (vendredi, 06 janvier 2012 14:11)

    oups !!!!
    elles sont superbe franck... exscuse moi !!!
    digne de p.plisson superbe comme d'habitude
    a très bientot

  • #14

    Kiloas (dimanche, 19 février 2012 01:04)

    Salut!
    Belle découverte.
    Bravo les gars.
    @+
    Philippe

  • #15

    Viviane (lundi, 16 avril 2012 10:09)

    Bravo Jean-Marc,félicitations pour ces belles images et pour ta performance.Je te souhaite d'en trouver encore et encore. Gros bisous de l'Aveyron.

  • #16

    sébastien SEMELIN(babas) (mercredi, 15 août 2012 15:57)

    Bon, normalement c'est fait, on a enfin retrouvé le canon...

  • #17

    Pascal (dimanche, 26 août 2012 08:34)

    Je ne me lasse pas de ces deux vidéos ni des superbes photos. L'état de conservation fait rêver. La faune est en plus au rendez-vous. Une épave magnifique. Bravo pour la découverte et les images remontées.

  • #18

    Naga (jeudi, 24 janvier 2013 06:46)

    En recherchant des infos sur Noirmoutier en 1944,je suis tombe sur votre site.
    J ai commence un sujet sur http://ostfront.forumpro.fr/t2229-noirmoutier-fromentine-1944

    Je ne manquerai pas de mettre le lien de vos superbes plongees.

    Continuez a nous faire rever et a prolonger le devoir de memoire
    des marins disparus souvent dans d atroces souffrances.

    Naga

  • #19

    Philippe cdl (mercredi, 24 juillet 2013 17:49)

    Bravo pour ces superbes images. l'épaule va donc mieux. Tant mieux. Bon j’espère un jour avoir un peu de visi sur l'ile d'Yeu. je sais j'ai pas de chance. Encore bravo à toute l'équipe et au caméraman.