Skog

Historique :

 

C'est un navire norvégien de Kristiansand, appartenant à la compagnie SO streg et mis en service le 8 octobre 1915.

Le 25 octobre 1916 à 6 heures du matin, il quitte Bordeaux pour le port de Swansea où il doit récupérer 1500 tonnes de charbon qu’il doit livrer à Génes.

Après avoir quitté le canal de Gironde, il fait cap au N.N.O pour passer à 5 milles du grand phare de l’ile d’Yeu. Les conditions météo sont dramatiques.

Trop léger, sous les coups de mer l’hélice est souvent hors de l’eau, sa vitesse n’excède pas les 5,5 noeuds et l’équipage a énormément de difficultés à maintenir le cap. A environ 5 heures du matin en pleine tempête le capitaine est réveillé par une violente explosion. Le vapeur vient de heurter une mine dérivante sur son flanc tribord à l’avant de la cale n°2, surpris dans son sommeil l’équipage à juste le temps d’évacuer le navire avant qu’il ne sombre. Ayant embarqué dans deux chaloupes dont l’une d’elle est à moitié pleine d’eau de mer, l’équipage aperçoit le sémaphore de Saint Sauveur vers 7 heures du matin. Il est sauvé par des soldats français vers 9 heures 15 sur la plage des grandes conches.

 

Caractéristiques :

JAUGE NET : 662 tonneaux

JAUGE BRUT : 1124 tonneaux

LONGUEUR : 225 pieds (75 mètres)

LARGEUR : 32 pieds (11 mètres)

TIRANT D’EAU EN CHARGES : 15 pieds et 1 pouce

TIRANT D’EAU SUR LEST : 11 pieds et 5 pouces

MOTEUR : 700 chevaux,

HÉLICE : tripales

VITESSES : 9 noeuds en charge

ÉQUIPAGE : 23 membres

TRONDHJEMS . MEK . VOERKSTED

S . O - STRAY & CO

 

Le SKOG par les positions relevées et ses caractéristiques ne correspondent pas à l’épave nommée par les pécheurs de l'île d'Yeu l’ESPAGNOL. Elle se situe à 9 milles de l’ile d’Yeu dans le suroît de Yeu par 65 mètres de fond, couchée sur son flanc tribord.

 

Texte de Romain Durain

 

Source : Musée Trondhjems Sjofartsmuseum (MiST), Novège
Source : Musée Trondhjems Sjofartsmuseum (MiST), Novège

Plongée

Cet été 2015, nous avions convenu de faire une plongée d’identification sur une épave appelée la 11 miles. Cette épave à une triste double histoire car elle fut celle où l’un de nos amis a perdu la vie. Une sensation bizarre tout le long de la descente : à la fois un appel du fond et l’excitation de pouvoir enfin réussir à l’identifier et une petite voix qui me dit « non ne descend pas sur cette foutue épave ». La descente fut donc longue et éprouvante. Arrivée vers 40/45 mètres nous arrivons à distinguer le fond et la crainte de cette plongée commence à s’évanouir. Nous sommes mouillés près de l’unique et imposante chaudière et comme prévu nous nous dirigeons tranquillement vers l’arrière : objectif de cette plongée.

 

Il y a 2 ans, nous avons enfin réussi à trouver après de nombreuses recherches une photo d’époque au musée maritime de Trondhjems en Norvège. Cette photo permettra d’identifier quelques points singuliers que nous souhaitons valider au fond de l’eau.

 

Il ne reste pas grand chose de cette épave : une importante chaudière, une machine éclatée (l’explosion a eu lieu au niveau de la cale arrière) et l’arrière où tous nos espoirs reposent. Si le secteur safran, hélice, gouvernail sont présents nous pourrons donc confronter les images fonds et la photo d’archive… Arrivée à la poupe, on observe un amas de filets qui entoure le secteur de barre. En dessous l’hélice est encore en poste et on commence à repérer les éléments pour l’identification.

 

Les souvenirs des anciennes plongées indiquaient que le navire avait 2 hélices : cela n’est pas le cas mais il existe bien 2 hélices mais la deuxième semble être l’hélice de secours bien plantée dans le sable. Après le tour complet de l’arrière et de multiples photos et repérage nous nous déplaçons vers la chaudière sans pour autant trouver de nouveaux éléments. Assez rapidement les 15 minutes fond sont atteint et nous commençons la remontée.

 

De retour sur la terre ferme nous analysons les photos, les dimensions prises et la ressemblance est frappante. Avec les éléments déjà en notre possession nous pouvons désormais annoncer que cette épave est très vraisemblablement le SKOG.

 

Galerie photos

Commentaires

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    laurent gaston (samedi, 06 février 2016 12:47)

    bravo les gars vous etes bien les anges des fons marin merci pour le rappel du passé dans les mers

  • #2

    Mouinda (vendredi, 04 mars 2016 00:41)

    Bonjour,J'ai plongé cette épave en 2012 où j'ai fait une courte vidéo .Avec vos photos j'ai pu remarquer que rien n'a bougé depuis 4 ans .
    Ah! si il y avait un peu plus de lieux et force de constater que les filets sont toujours à poste .
    Pour l'identité j'ai un petit doute mais si pour vous c'est le SKOG ?
    En tous les cas merci pour votre travail .
    Mouinda

  • #3

    ANGES (vendredi, 04 mars 2016 07:47)

    Merci pour votre message. Tous les éléments que nous avons penchent sur cette épave longtemps recherchée. Avant de donner le nom nous avons étudié et ré étudié tous les indices. Pour nous peu de doute !

  • #4

    ANGES (vendredi, 04 mars 2016 08:54)

    Mouinda, si vous pouvez nous envoyer votre mail cela serait intéressant d'échanger info@plongee-anges.com